Google+
logo logo  

Découvrez le teaser de "Follow Us, The Movie" la production de @KevinRolland1 qui participe à l'@IF3 de Montréal ! dai.ly/x24nusy

"Le rugby est un sport collectif, il faut composer avec les autres et cela rejoint bien mon métier." @safizizir -> bit.ly/1sg7zgV

semaine de stage au CNR pour #PôleU20. Cette année ils se rassembleront tous les mois! #formation pic.twitter.com/r5Sf2fRAFP

Retweeted by BMW Sport Experience

Éducatrice le jour, rugbywoman le soir... Découvrez la seconde partie de l'interview de @safizizir ! -> bit.ly/1sg7zgV

Running in the old Grenoble bobsleigh @Olympics track... Nature seems stronger than history! pic.twitter.com/Ix1plzYV2w

Retweeted by BMW Sport Experience

Un grand merci à @ABeltoise et Jean-Philippe #Belloc pour cette 6ème édition des Pelras Driving Experience @BMWFrance @BMWSportExp MERCI :-) Retweeted by BMW Sport Experience

"@FlesselLaura et @TonyESTANGUET sont pour moi des modèles de performance et de longévité" @safizizir La suite -> bit.ly/Ndiaye_BSE

Avec un peu de retard, nous souhaitons un très joyeux anniversaire à @martinfkde qui a fêté hier ses 26 ans ! pic.twitter.com/su93sQY5eB

Une journée Driving Experience aujourd'hui au @CircuitNogaro avec @pelrastoulouse ! Retrouvez toutes les infos ici : facebook.com/events/2565269…

SAFI N’DIAYE : ÉDUCATRICE LE JOUR, RUGBYWOMAN LE SOIR (2/2)

 

Quand elle termine sa journée en tant qu’éducatrice, Safi N’Diaye rejoint les terrains de rugby de Montpellier. Un cumul qui ne fait pas peur à l’athlète, fraîchement arrivée dans le Team BMW Performance : cela fait partie de son « équilibre ». Mieux, elle parvient à intégrer le rugby auprès des jeunes en difficultés et d’en inculquer les valeurs. Ce deuxième volet du portrait de la joueuse retrace son histoire d’amour pour le rugby, tout en menant sa deuxième vie d’éducatrice.

Crédit : I. Picarel

Crédit : I. Picarel

COMMENT EN ES-TU VENUE À PRATIQUER LE RUGBY ?

J’ai commencé le rugby à 12 ans à Castres, dont je suis originaire. À l’origine, je faisais du basket, et j’adorais ça : un sport collectif, qui allie l’agilité et la tactique. Mais je ne m’y épanouissais pas à 100% parce que j’étais trop physique dans mon jeu. Souvent, je faisais cinq fautes et je devais sortir du terrain ! J’étais frustrée ! (rires). Par hasard, j’ai croisé l’entraîneur de Castres qui m’a proposé de venir suivre un entraînement de rugby. C’était une opposition contre des garçons, et il m’a dit : « vas-y, vas le plus loin possible, ne te prends pas la tête ». Sur le terrain, je n’avais pas de limites, de brimades sur ce que je devais ou ne devais pas faire. Il y a des règles bien sûr, mais je pouvais utiliser ma puissance et mon corps. Ça m’a libérée et épanouie…